PRESSE

Gérald Darmanin fait le forcing à La République en Marche pour bétonner ses ambitions

Pour l’instant, le tourquennois régle ses affaires à Lille et Roubaix. La guerre fait rage entre la députée Valérie Petit et Violette Spillebout, candidates à l’investiture LAREM pour défier Martine Aubry, théoriquement favorite, sur une scène politique qui ressemble de plus en plus à un théâtre de dupes* (cf la campagne ambigüe du sénateur Les Républicains Marc-Philippe Daubresse, déjà candidat sur une liste en…1977). En torpillant l’instance départementale Nord, présumée coupable de favoritisme, et en pratiquant la chaise vide, les parlementaires nordistes qui entourent la députée exerçent une sorte de recours hiérarchique, presque une instance-bis en concurrence de LAREM officiel et de son délégué général Stanislas Guérini.
Ce dernier a bien tenté de rabibocher les protagonistes du vaudeville à la sauce flamande. Qui se sont jaugés mais aucune solution définitive n’est sortie. Et la rivalité entre le camp du Haut-Commissaire Christophe Itier, partisan de Violette Spillebout et celui de Gérald Darmanin a monté d’un cran. Difficile de dire lequel est dans les cordes. “Ce qui est sûr c’est qu’il se démène pour imposer Valérie Petit“, remarque-t-on dans le landerneau. Alors que Violette Spillebout s’accroche à son travail de proximité et peaufine son programme…

…Une tactique élaborée à Paris pour peser à Lille et sur l’agglomération mais aussi pour orienter la commission nationale d’investiture qui auditionne les candidats la semaine prochaine. Cette dernière est naturellement souveraine mais les jeux d’appareil et les affinités de personne sont toujours à l’oeuvre. Le duel lillois apparait ainsi de plus en plus comme un affrontement entre Violette Spillebout et Gérald Darmanin.

DailyNord 28 juin 2019

DailyNord 28/06/2019