COMMUNIQUÉS

Violences politiques : “Je veux que les Lillois(e)s puissent me rencontrer en toute liberté”

« Communication » violente sur les réseaux sociaux

Violette Spillebout maintient tous ses rendez-vous avec les Lillois(e)s et appelle l’ensemble des forces politiques lilloises à une condamnation sans réserve 

A Lille, en 2020, à l’occasion d’une élection républicaine locale ouverte à tous, des groupes de perturbateurs tentent d’imposer leur loi par la force, l’intimidation et le harcèlement. La candidate, qui ne souhaitait pas communiquer sur ces incidents, est aujourd’hui contrainte de prendre la parole.

“Les Lillois doivent pouvoir tranquillement venir me rencontrer en toute liberté et sécurité. Je veux d’ailleurs que ma prochaine réunion se passe dans de bonnes conditions et qu’on ne soit pas empêchés de débattre. J’ai prévu ce jeudi une réunion sur la lutte contre les discriminations des personnes LGBT+ : chacun doit être libre de s’y exprimer dans le respect de tous.”

Violette Spillebout

Ce lundi 17 février, Violette Spillebout avait convié les Lillois(e)s à discuter ouvertement de son projet pour la ville dans un café. Malheureusement, une fois de plus, une quinzaine d’individus l’ont empêchée de tenir cette réunion publique : cris, insultes, menaces (dont des menaces de mort proférées à l’encontre de militants). Des dizaines d’habitants se sont présentés, mais ont dû rebrousser chemin. Ce type d’actions a déjà perturbé le programme de la candidate le 26 mai 2019 et les 12 et 13 février 2020.

“Ces actions visent à empêcher le déroulement serein d’une élection démocratique. Elles sont intolérables en République, et une nouvelle plainte sera naturellement déposée. Je choisis, aussi, de communiquer, pour que chacun dans cette campagne prenne ses responsabilités.”

Une campagne électorale est un moment fort où les projets de chacun doivent pouvoir être exposés. Le code électoral est tout entier dédié à fournir les garanties que chacun puisse, en toute égalité, défendre son point de vue. Or, depuis le début de cette campagne, des groupuscules extrémistes s’appliquent à saper ces garanties d’égalité. Aujourd’hui, ces groupes listent l’ensemble de rencontres que propose la candidate aux Lillois(e)s appelant ouvertement sur les réseaux sociaux à empêcher toute réunion publique et tout déplacement de la candidate !

Violette Spillebout fait savoir qu’elle maintient évidemment ses réunions publiques des mercredis 26 février, jeudi 27 février, mardi 3 mars et son meeting du jeudi 12 mars. Elle appelle ce jour à une condamnation sans ambages de ces méthodes par l’ensemble des forces politiques lilloises, et invite tous les citoyens qui refusent la violence politique à participer librement à ces temps de débat démocratique.

About Webmaster