CONTRIBUTIONS

Transports collectifs et qualité de vie en ville

Les questions de l’Union des Voyageurs du Nord (UVN-FNAUT) aux candidats aux municipales

Lille, le 24 février

L’Union des Voyageurs du Nord (UVN) a proposé à Violette Spillebout de répondre à un questionnaire sur la manière dont elle comptait améliorer la qualité des transports en commun sur Lille et sa métropole.

Notre programme insiste sur notre volonté très forte de développer tous les modes de déplacements alternatifs à la voiture : tram passant en coeur de ville, création de voies vélo express, amélioration de la marche à pied, création d’un nouveau secteur piétonnier, etc.

Cette volonté trouve son origine dans au moins quatre grands défis à relever : la pollution de notre ville qui devient préoccupante avec en 2019 plus de 60 épisodes d’alerte ; la thrombose routière de la métropole lilloise et la difficulté de circuler à Lille ; la demande réelle des habitants de se déplacer à vélo, à pied ou en transports en commun pour peu que leurs soient proposées des solutions de qualité ; et la nécessité de construire une ville apaisée, donc attractive.

C’est donc avec plaisir et sérieux que nous avons répondu à ce questionnaire qui permet à chaque candidat de préciser sa vision. En toute transparence avec les Lilloises et les Lillois, et la volonté de toujours mieux expliquer notre projet, nous rendons publique notre réponse. 



À court terme, comment améliorer le réseau Ilevia sur le prochain mandat ?

1) Dépenses et recettes d’exploitation

Dépenses, recettes: quelles mesures proposez-vous pour mieux financer le transport public ? Quelles mesures proposez vous pour rendre la tarification plus attractive ?

Pour mieux financer les transports publics

  • Pour rappel : le financement des transports publics est d’abord le fruit d’une volonté politique qui se traduit par un budget métropolitain, voté en conseil communautaire. 

Ainsi, c’est ce conseil qui a les clefs du budget. Faire Respirer Lille défendra un budget permettant : 

1/ Un investissement rapide dans la réalisation de plusieurs lignes de tram. Ces lignes doivent être réalisée rapidement si nous voulons accroître l’utilisation des transports en commun. Ces investissements devraient profiter de crédit européens. 

2/ Des crédits accordés à Illevia suffisant pour pouvoir assurer un service de qualité et des tarifs adaptés. 

Pour rendre la tarification plus attractive

  • Nous proposons la gratuité des transports pour les moins de 26 ans et les plus de 65 ans.

Cette gratuité ciblée sera notamment profitable aux familles pour qui la coût des transports en commun est trop élevé et donc démotivant. 

Elle sera également bénéfique pour de nombreux jeunes actifs ou étudiants non abonnés et pour qui débourser plus de 3 euros dans un aller-retour en transport en commun est décourageant. 

2) Amélioration de l’efficacité du réseau de bus

Quels couloirs de bus et quels aménagements de carrefours prioritaires bus prévoyez-vous sur votre commune ? Prévoyez vous de faire la montée/descente par toutes les portes sur les bus articulés comme ceux de la Liane 5 ?

Rendre le réseau efficace et compétitif par rapport à la voiture

  • Il faut redonner l’envie à nos habitants de prendre le bus. Même si la fréquentation augmente (+ 26% depuis 2016) on voit trop souvent des bus vides passer. Il y a matière à les rendre plus attractifs et plus sûrs. 
  • Cela passe forcément par de l’aménagement de Transports en Commun en sites propres, de feux tricolores spéciaux et de priorités retrouvées, ingrédients nécessaires pour que les bus soient à l’heure et ne soient pas eux-même bloqués dans les embouteillages. 

De vrais Bus à haut niveaux de service, c’est un choix à assumer, ce qui fait souvent défaut aujourd’hui sur les lianes actuelles, souvent bloqués par les embouteillages. 

Des choix à faire en concertation avec tous les acteurs

  • Nous ne disposons pas de toutes les données chiffrées nous permettant d’indiquer avec détail la manière dont nous pourrons faire évoluer le réseau.
  • C’est avec les techniciens de la ville, les habitants et les associations d’usagers, que nous ferons les choix qui simplifieront l’utilisation des transports en commun. 
  • Nous insistons d’une part sur notre volonté politique forte, d’autre part sur la nécessité d’appuyer les décisions sur les travaux des techniciens et l’expertise d’usage. 

3) Déviations des bus et information aux voyageurs

Quelles mesures comptez-vous prendre pour réduire l’importance des déviations et améliorer l’information ? 

Une nouvelle politique en matière de mobilité qui réduira les embouteillages

  • Notre volonté très forte en faveur des mobilités alternatives à la voiture aura un impact sur le trafic routier.

Par ailleurs, la création d’un réseau de tram rendra le réseau moins sensible aux embouteillages et autres problèmes de circulation. 

Améliorer l’information des habitants en cas de déviation

  • D’abord, des technologies existent et doivent être utilisées. Ainsi, l’application Ilévia devra être améliorée pour proposer une meilleure information concernant l’état du trafic en direct, avec notifications, avec apparition des déviations dès l’arrivée en gare, en sortie de métro ou de tram sur des écrans. 
  • Ensuite, nous engagerons une réflexion pour rendre plus visible les stations de bus provisoires. Ce travail ne pourra être mené qu’avec les habitants, les professionnels et les associations. 

4) Doublement des rames ligne 1 du métro 

Quelle mesure préconisez-vous pour que le doublement des rames soit enfin mené à son terme ? 

Le doublement des rames et le changement du système a pris un retard considérable. Cette situation est anormale. Pourtant, plusieurs villes en France et dans le monde ont réussi à opérer cette mutation sans difficulté. 

  • Il apparaît aujourd’hui nécessaire de faire un audit de la situation. Nous constatons un manque de transparence sur le sujet. Cette opacité est anormale. Les lillois ont besoin de connaître avec précision les raisons du retard et l’état d’avancement. Nous voulons que régulièrement la MEL et les entreprises concernées fassent un point presse pour présenter l’avancement. 

5) Gouvernance, transparence et participation des usagers

Que proposez vous mieux associer les usagers qui, nous semble-t-il, sont les premiers concernés, et pour prendre en compte leur remarques ? 

Pour améliorer la concertation

  • Sur les grands projets d’investissement, nous proposerons trois Forums Citoyens par an pour co-construire le plus largement possible les grands projets de la ville. Un forum sera consacré spécifiquement au projet de tram. 

Pour améliorer la transparence

  • Nous voulons associer des Lilloises et les Lillois à la création et au suivi de chaque projet de la Ville et de la métropole européenne de Lille. 

6) Stationnement des véhicules motorisés

Quelles mesures prévoyez vous pour redistribuer l’espace public à tous en limitant le stationnement dans votre ville ? Quelles actions mettrez-vous en œuvre, comme la vidéoverbalisation, pour empêcher le stationnement illégal sur les trottoirs, les passages piétons, et sur les aménagements cyclables ? 

Pour un meilleur partage de l’espace public :

  • Progressivement, création d’un nouveau secteur piétonnier en cœur de ville et d’une promenade piétonne continue de 5 km entre Saint sauveur et le Port de Lille, en préservant l’accès à tous les parkings de centre-ville.
  • Création de voies vélo express sur les grands axes de la ville, impliquant nécessairement de revoir la place de la voiture en ville, que ce soient les voies dédiées à la circulation, comme celles dédiées au stationnement. 
  • Pour faciliter le stationnement des vélos, nous proposons de créer 500 places pour les vélos dans les parking souterrains de la ville. 

Pour réduire le stationnement et la circulation des voitures en coeur de ville

  • Création de 3000 places de stationnement supplémentaires aux entrées de Lille réparties dans 3 parkings silos démontables, connectés aux transports en commun (cf légende). 
  • Repenser le stationnement : nouvelles zones de tarif-résidents, extension du tarif professionnel, gratuité pour les voitures en autopartage, doublement des places pour les personnes à mobilité réduite. 

Pour améliorer la desserte bus à l’échelle régionale et nationales / internationales

  • Création d’une nouvelle gare routière pour les autocars de tourisme. 

Concernant la lutte contre le stationnement illégal

Nous voulons que cesse le stationnement illégal. C’est indispensable pour la sécurité des piétons, et en particulier des enfants, des poussettes et des personnes en situation de handicap. 

  • Des moyens humains : une nouvelle “Brigade de la tranquillité du quotidien” avec doublement des effectifs de police municipale : 100 agents supplémentaires affectés de 16h à 2h du matin dans les zones de non-droit et les secteurs de vie nocturne, en étroite collaboration avec la Police nationale. 
  • Installation de la vidéoprotection pour lutter contre la délinquance et les incivilités, supervisée d’un comité d’éthique 

À moyen et long terme, quelles infrastructures dans et hors de la MEL ?

7) Dans la MEL : nouvelles infrastructures de transport urbain 

Quelles infrastructures de transport, que ce soit dans le SDIT ou en complément, souhaiteriez-vous pour votre commune ou pour la MEL ? Quelle ambition et quel calendrier proposez-vous pour améliorer le SDIT et le mettre en œuvre ?

Nous pensons que la bonne échelle est celle du Grand Lille

  • Il est nécessaire de penser la mobilité avec pragmatisme sans faire l’impasse sur les différentes dimensions qu’elle mobilise. 
  • C’est pourquoi les Etats Généraux de la Mobilité, que nous souhaitons dès 2020, doivent obligatoirement intégrer la dimension humaine et le cadre de vie, la connexion à l’Europe et aux Pays qui nous entourent, la reconquête de l’espace public et sa re-qualification aux abords des nouveaux transports en commun, l’impact sur l’air que l’on respire et enfin inviter à notre table des métropoles française et européennes qui ont l’expérience de transports en commun de qualité et qui nous aideront à projeter une ambition réaliste pour notre Métropole. 

Concernant le SDIT

  • Nous validons dans ses grandes lignes les orientation du SDIT, même si celui-ci n’évoque pas assez les liaisons avec les espaces ruraux de la MEL et avec le bassin minier qui engendrent des déplacements routiers très importants
  • Nous validons ainsi le lancement immédiat des études concernant les deux nouvelles lignes de tram pour desservir le cœur de ville de Lille. Un tram ne sera efficace que s’il dessert les grands secteurs générateur de transports avec en particulier le Vieux Lille, mais aussi l’Université catholique, etc. 

8) La MEL, les Hauts-de-France et la Belgique : le RER Lillois

Que proposez vous pour avancer vers un RER sur l’ensemble de l’étoile ferroviaire Lilloise ?  Que proposez vous pour l’avenir des lignes Ascq-Orchies et Lille-Comines ? Que pensez vous de l’avenir du « Réseau Express Grand Lille » ?

La modernisation et l’amélioration du service TER sont des moyens pour :

  • améliorer les liaisons internes à la Métropole Européenne de Lille ;
  • renforcer les liaisons entre Lille et les grandes villes du bassin minier car, pour rappel, chaque jour 100 000 personnes viennent de ces territoires pour travailler sur la MEL ;
  • renforcer les liaisons avec nos voisins belges, Tournai, Courtrai et Ypres.

Concernant l’étoile ferroviaire de Lille

  • La métropole européenne de Lille compte un nombre très important de gares TER avec des dessertes très efficaces (Lille Seclin se fait par exemple en 13 minutes) qu’il conviendrait de valoriser, en améliorant les cadences, voire en créant de nouveaux arrêts sur des sites stratégiques, comme la jonction entre la ligne Lille / Armentière et le Grand Boulevard reliant Lille à Roubaix et Tourcoing.
  • La valorisation du réseau TER permettrait de faire émerger un véritable RER métropolitain à l’échelle du Grand Lille.

Concernant les lignes Ascq-Orchies et Lille-Comines 

Il est difficile de répondre à ces questions sans disposer des éléments détaillés de coûts et de fréquentation. Néanmoins, d’une part nous sommes convaincus de la nécessité de proposer un service de transports en commun efficace et d’autre part, une desserte en site propre de la partie nord de la métropole lilloise est nécessaire. 

Par ailleurs, nous sommes conscient que cette politique de transport en commun ne sera possible que si nous travaillons de concert et en bonne intelligence avec les autres institutions : MEL et Conseil régional. 

Le mot de la fin

Face au besoin de voyageurs et à l’urgence climatique, il n’est plus l’heure des ambitions au rabais, et des effets d’annonces de transports à faible débit de voyageurs, comme le téléphérique ou les navettes fluviales, certes intéressantes, mais dont l’enjeu est anecdotique comparé aux flux concernés : les habitants sont demandeurs de solutions, et nous avons par ailleurs inscrit à notre programme que Lille soit zéro carbone à l’horizon 2035. 

Ayons une ambition forte pour notre territoire en mobilisant les moyens qui vont permettre à tous de respirer un air sain, et de laisser sans difficulté – parce que les solutions alternatives seront de qualité – sa voiture au garage au profit de transports en commun sûrs, sécurisés et rapides.

Pour que ça soit possible, nous avons besoin de plusieurs éléments :

  • Reprendre des investissements pour créer de nouvelles infrastructures, et notamment le tram, ce que les autres villes en France et ailleurs ont fait depuis plus de 20 ans.
  • Travailler en transparence, en concertation, oser des expérimentations, et évaluer régulièrement les décisions prises : une méthode de travail que défend Violette Spillebout car elle est gage d’efficacité 
    • avec les habitants et les associations qui les représentent, qui utilisent le réseau et qui en connaissent les failles ;
    • avec toutes les institutions qui participent à cette offre : conseil régional, SNCF et MEL en particulier, mais aussi avec les territoires voisins, et en particulier le bassin minier.
  • Prendre le sujet de la mobilité à la bonne échelle.
    • 50% des Lillois travaillent à l’extérieur de Lille et les 2/3 des emplois localisés à Lille sont occupés par des personnes qui n’y habitent pas. Ainsi, les initiatives communales seules ne peuvent être efficaces. 
  • Penser urbanisme et transport en même temps. 
    • Il n’est plus possible de faire des transports en commun le pansement d’un urbanisme défaillant. Nous devons aménager le territoire pour qu’il soit facile de s’y déplacer en transport en commun, mais aussi à vélo et à pied. 

Réponses apportées par la Liste :  Faire Respirer Lille / Tête(s) de liste : Violette Spillebout

Commune(s) : Lille Lomme Hellemmes

About Webmaster