CONSEIL MUNICIPALVIDEOS

Lille promet 100% bio et local à la cantine en 2026, mais reste muette sur sa stratégie

Madame le Maire, chers collègue

Au 1er janvier 2022, les cantines devront servir au moins 50 % de produits de qualité et durables dont au moins 20 % bio.

Alors qu’une commune sur cinq respecte déjà ces quotas de la loi EGALIM, et que vous vous présentez toujours comme bons élèves en matière de bien manger, nous avons appris en commission que Lille n’était en fait pas encore au RV.


Ce soir, vous présentez à notre vote l’autorisation de lancer les marchés – près de 3 millions d’euros par an pendant 4 ans – de poissons, viandes et produits surgelés, mais rien dans le texte ne nous garantit que nous serons bien aux attendus de la loi.

A l’horizon 2026, dans 5 ans, c’est carrément 100% de produits bio et locaux que vous avez promis aux électeurs, mais sans rien dire du chemin que vous comptez prendre. Pas un mot, dans cette courte délibération, sur votre stratégie d’approvisionnement, ou sur ce vous entendez corriger en priorité.


“Ce n’est pas toujours facile de s’approvisionner en grandes quantités»
aviez-vous répondu à Greenpeace qui estimait fin 2019 qu’à Lille « il faut travailler davantage la qualité des repas”.

Acheter bio et local pour 14 000 repas par jour ne va pas être une mince affaire, alors, pourquoi une délibération aussi pauvre ? Les projets d’alimentation territoriaux (PAT) – et il en existe un à l’échelle de la MEL – doivent pouvoir faire émerger, autour des cantines, des solutions plus responsables et devenir au passage des moteurs économiques.

Recenser les producteurs, faire ouvrir des ateliers – une légumerie, une conserverie -, des coopératives, c’est indispensable pour pouvoir acheter mieux pour nos cantines.

Voilà, en responsabilité, ce dont nous devrions être en train de débattre.

Pour une ville qui annonce vouloir renverser la table en 2026 en passant au tout bio et “local” (plus ambitieux encore que Lyon qui vise 100% bio dont 50% de très local, et c’est déjà un défi immense !), nous attendions plus pour voter 4 années de dépenses publiques d’achats alimentaires.

Nous allons néanmoins voter cette délibération, afin d’envoyer un signal de confiance aux services de la Mairie qui ont certainement bien travaillé le sujet, nous comptons ce soir sur vos explications quant à la nouvelle stratégie d’approvisionnement, si, comme nous l’espérons, elle est bien effectivement en train d’être réinventée.

Sans cela, vos promesses sont vaines.

Je vous remercie

Violette Spillebout