PRESSE

Daily Nord : Faire Respirer Lille souffle sur les braises et balaie les conclusions du rapporteur public

C’est la procédure de la dernière chance. Faire Respirer Lille ne ménage pas ses critiques envers le rapporteur public du Conseil d’Etat qui a conclu au rejet de leurs appels (notre article). Et dépose une note complémentaire d’observations avant le

délibéré définitif attendu pour dans quelques semaines. Après tout, et après le jugement du tribunal administratif de Lille de mars, il ne reste plus que 171 suffrages à invalider pour remettre en cause le scrutin de l’année dernière qui avait abouti à un écart de 227 voix.”On marche sur la tête“, “C’est hallucinant“, ” De qui se moque-t-on ? “…La tête de liste arrivée en troisième position au second tour, Violette Spillebout et ses conseils n’épargnent pas le raisonnement de la magistrate.

Selon eux, le reproche d’achat d’influence est reconnu entre les lignes mais mal considéré. Il s’agit de l’embauche de la sportive Licia Boudersa dont l’impact sur l’opinion n’est évalué qu’ à “une vingtaine ou une trentaine” de suffrages. Beaucoup plus pour Maitre Heloïse Hicter, avocate des plaignants. Qui estime que la démultiplication des réseaux sociaux a dû impacter des centaines de personnes par le jeu des relais et des “likes” pour en faire une influenceuse de premier plan à Lille“. Un état de fait qui peut conduire à prononcer l’inéligibilité de la maire réélue Martine Aubry puisque le contrat de travail est entaché d’irrégularités. Bref, un “contrat bidon”.
Sur le mail intimidant de Meriem Amouri. L’erratum publié quelques heures après l’envoi par une association subventionnée à plusieurs centaines d’associations d’un appel à voter pour la liste sortante n’efface pas l’altération de la sincérité du scrutin.

La Dame de Lille. Puisque Alain Juppé (Bordeaux) n’était pas candidat, que Gérard Collomb (Lyon) a refusé de participer au documentaire, l’argument de la série documentaire de France 3 sur les grands maires ne tient pas. Et “ Ni le documentaire ni sa promotion n’ont été réalisés à l’insu de Martine Aubry“, argue-t-on, alors que la déclaration officielle de sa candidature a été proclamée quelques jours après la première diffusion. Et de réitérer la demande de réintégration dans les comptes de campagne de la vainqueure dont les comptes de réseaux sociaux ne peuvent être considérés comme personnels mais comme ayant servi à sa propagande au titre de contribution en nature.
Selon les contestataires Le cumul de ces faits additionnés jette un doute sérieux sur le scrutin dont l’écart s’est rétréci. ” L’élection de Martine Aubry n’est pas légitime“, renchérit Violette Spillebout, convaincue de son bon droit.
Quel que soit la décision ultime, “Il y aura un avant et un après cette décision“, observe Louis-Dominique Laugier, colistier également requérant dans cette affaire. Il est vrai que 2021 est une année fertile en élections. Tout comme 2022.

Marc Prévost – Daily Nord 9 juillet 2021