CONSEIL MUNICIPAL

Conseil Municipal : Économie Circulaire

CONSEIL MUNICIPAL DU 8 AVRIL 2022 Intervention de Violette Spillebout

FEUILLE DE ROUTE LILLOISE POUR L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE 2022 – 2026

Madame le Maire, Chers collègues,

Il faut reconnaître que cette feuille de route lilloise pour l’économie circulaire 2022 -2026 est un document de qualité, structuré, s’articulant avec les stratégies régionales et métropolitaines.
Elle s’intègre également dans le cadre législatif et les politiques publiques nationales que notre Gouvernement – je doute que vous le concèderez – à fortement fait évoluer, pour placer la France pionnière en matière d’économie circulaire et de lutte contre les gaspillages :

  • –  développement des éco-consignes,
  • –  interdiction de la destruction des invendus non alimentaires,
  • –  création d’un indice de réparabilité et de durabilité pour lutter contre l’obsolescence programmée,

– création d’un fonds pour le réemploi et la prévention des déchets, destiné à permettre l’ouverture de plusieurs milliers de ressourceries et recycleries,
– interdiction des plastiques dans les fast-foods dès 2022 et fin de la mise sur le marché d’emballages en plastique à usage unique d’ici à 2040…
pour ne citer que quelques unes des avancées significatives portées par la loi.

Aussi, nous ne pouvons que nous retrouver sur les objectifs poursuivis par cette feuille de route comme sur la méthode affichée, qui s’engage à associer les acteurs de l’économie circulaire, les acteurs économiques comme les citoyens.

C’est un point essentiel à nos yeux, car la nécessaire transition écologique et en l’occurrence le développement de l’économie circulaire mettent en tension des modèles de production dominants comme des habitudes de consommation fortement ancrées.

La transition écologique impose à toutes et tous, entreprises, collectivités, acteurs de la société civile, citoyens, de sortir de nos zones de facilité ou de confort, et d’en sortir parfois radicalement tant l’urgence environnementale est prégnante.

Pour réaliser ces changements profonds et rapides de comportements, il est impératif d’embarquer avec ambition mais aussi bienveillance, indulgence l’ensemble des acteurs et des citoyens.

Si je mets l’accent sur ce point de méthode, c’est qu’il est essentiel à la réussite de la transition écologique et plus précisément de cette feuille de route pour l’économie circulaire. Et c’est aussi parce que cette méthode alliant concertation et coalition avec

les acteurs comme les habitants, n’est pas d’expérience une pratique naturelle de cette majorité, le feuilleton de la friche Saint-Sauveur en témoigne.

Au-delà de cette préoccupation sur la méthode, je souhaiterais par ailleurs regretter – comme c’est malheureusement souvent le cas dans les documents stratégiques présentés – l’absence totale de chiffres :
– aucun chiffrage des objectifs à atteindre, dès lors comment évaluer l’impact de votre feuille de route ? Ce qui est pourtant la base de toute bonne politique publique.

– Aucun chiffrage des moyens mobilisés, dès lors comment mesurer l’ambition réelle de votre feuille de route ? Ce qui est pour le moins paradoxal quand cette feuille de route émane de la commission des finances de notre conseil.

Aussi , si nous pouvons nous retrouver dans les orientations proposées, comment ne pas conclure en l’absence de tout objectif fixé et de moyens alloués, qu’il ne s’agit pas d’une belle déclaration d’intention ?

Nous voterons donc pour cette délibération, mais nous attendons que la déclinaison en plan d’action chiffré soit soumise au vote au prochain CM, ainsi enrichie de ces informations indispensables à la crédibilité de cette feuille de route et à notre capacité en tant qu’élus d’en suivre le déroulement et les résultats.

Enfin, vous le savez, nous tentons, à Faire Respirer Lille, de toujours apporter une contribution constructive et des propositions. Vous le savez, j’ai porté lors la dernière campagne municipale une grande cause, celle de l’inclusion.

Or, un des enjeux pour les personnes en situation de handicap temporaire ou définitif, est le prix très élevé des dispositifs médicaux, tels que les fauteuils roulants. Mais je pense aussi aux lits médicalisés.

L’économie circulaire peut apporter des solutions : proposer aux personnes comme à nos Ehpad par exemple, un matériel reconditionné, conforme à toutes les normes de sécurité et d’hygiène, à un prix de 50 à 70% inférieur au prix du neuf. C’est ce que font déjà des entreprises pionnières tels que les coopératives Envie Autonomie.

Développer le recyclage des dispositifs médicaux, c’est donc améliorer l’accès aux soins, redonner du pouvoir d’achat et au passage faire réaliser des économies substantielles à la Sécurité sociale .
Or là encore, notre Gouvernement et le Parlement ont rendu possible pour la première fois, la prise en charge du financement de certaines de ces aides techniques reconditionnées, notamment pour les fauteuils roulants (art. 28 PLFSS 2020).

Le cadre législatif existe, les pionniers existent, l’enjeu est désormais de passer à l’action, de développer partout dans nos territoires, des filières du recyclage des dispositifs médicaux au bénéfice des plus fragiles de nos concitoyens.

Voilà, Madame le Maire, mes chers collègues, une proposition que nous apportons et souhaiterions voir reprise dans cette feuille de route pour l’économie circulaire.

Notre proposition pourrait lui donner un caractère plus innovant, et surtout concret, lisible et positif pour nos concitoyens. Notre proposition pourrait par la même occasion positionner par les actes plus que les mots, notre ville en pionnière d’une transition écologique ET solidaire.

About Webmaster