COMMUNIQUÉSCONSEIL MUNICIPAL

Je souhaite la remise en eau complète de l’Avenue du Peuple-Belge

Avenue du Peuple Belge : Les élus et conseillers de quartiers Faire Respirer Lille se prononcent pour le Scénario 4, avec des alertes sur le fond et la méthode

Loin des beaux discours, Lille est mauvaise élève de la nature en ville et des îlots de fraîcheur. On étouffe !

Ce mois de Mai se joue une partie de l’avenir de Lille à travers la consultation sur le futur de l’avenue du Peuple Belge. Dès 2020, Faire Respirer Lille porteur d’une ambition durable et réaliste, donnait des pistes pour le devenir de cette avenue longue d’1 kilomètre, longtemps abandonnée par la Mairie. Notre programme affirmait la volonté de faire revenir l’eau Avenue du Peuple Belge, pour renouer avec son histoire. Le groupe Faire Respirer Lille tient tout d’abord à saluer l’existence de cette consultation citoyenne, à l’initiative de la Mairie, qui donne le droit à chaque Lillois, Lommois et Hellemmois de s’exprimer sur la métamorphose de leur ville.

La Mairie nous dit aujourd’hui vouloir: « déminéraliser ensemble l’Avenue du Peuple Belge ». Pourtant, les travaux qu’ont connus les places Louise de Bettignies et du Lion d’Or, en amont de l’Avenue du Peuple Belge n’illustrent pas cette volonté, tout comme le parvis de la gare Lille Flandres. Ce ne sont pas moins de 4,9°C d’écart que l’on observe l’été entre les pavés place Louise de Bettignies et les campagnes extérieures à la ville. Il n’y aura donc nécessairement ni continuité ni cohérence entre ces transformations minérales passées et cette, soi-disant, nouvelle ambition de déminéralisation. Soyons vigilants à la crédibilité des promesses municipales.

Quant à la volonté de la Mairie d’agir « Ensemble », la consultation n’est pas suffisante.

Il s’agit d’un grand projet Métropolitain, pas uniquement lillois. Nous aurions souhaité que les habitants de la ville de St-André et de la Métropole Lilloise, également concernés par ce projet, soient associés.

Quatre scénarios vagues sont soumis aux votes des Lillois, Lommois et Hellemmois, à la lecture desquels les habitants sont laissés avec de nombreuses questions et imprécisions. La formulation du scénario 4 tend même à orienter le votant lorsque végétalisation et remise en eau sont mises en opposition.

Les éléments donnés à des fins de comparaisons financières semblent non pertinents. D’autant plus qu’aucune étude de faisabilité et de véritable budgétisation n’a été réalisée.

La consultation existe, certes, mais manque d’informations complètes pour éclairer sérieusement le choix. Les élus et conseillers de quartier n’ont pas eu l’occasion de discuter le projet en amont.

Violette Spillebout choisi le projet 4

Ce projet structurant sera un investissement coûteux. Il nécessite un travail en partenariat étroit avec la MEL, le Département, la Région, l’Etat et l’Union Européenne pour réunir les fonds. Cette métamorphose implique des coûts mais génèrera également des recettes (attractivité, écologie…), ni l’un ni l’autre ne sont présentés aux Lillois, Lommois, Hellemmois afin qu’ils puissent prendre une décision éclairée. Nous resterons donc attentifs aux coûts et aux opportunités de recettes, qui restent flous à ce stade, notamment sur les co-financements du projet.

Une fois le scénario retenu, les modalités de la co-construction avec les habitants ne sont toujours pas connues. Les membres du collectif Faire Respirer Lille, dont nos conseillers de quartier y prendront toute leur part. Nous espérons que les nombreuses zones d’ombres des scénarios présentés sont autant de marges de manœuvres laissées à la co-construction avec les habitants.

Les trois axes du programme Faire Respirer Lille de 2020 pour la transformation de l’Avenue du Peuple Belge rappellent les points de vigilance :

Juste partage de l’espace public permettant aux piétons et aux vélos de circuler

Cette avenue, point d’entrée de Lille, de ses commerces et de ses habitations est aujourd’hui largement dominée par la voiture. Les mobilités devront être apaisées avec un juste partage de l’espace, tout en ne pénalisant pas les commerçants et habitants.

Nous invitons la municipalité à rêver et réinventer cette avenue, les deux voies de circulation pourraient être regroupées du même côté de l’avenue afin de libérer l’autre, laissant place libre aux balades et aux terrasses. La piétonnisation maximale du site est indispensable, pour des enjeux d’attractivité, de valorisation patrimoniale et d’écologie.

Les actuels parkings situés sous la cour du lycée Notre Dame de la Paix pourraient être réhabilitées en échoppes dédiées à la restauration, au commerce artisanal…

Une végétalisation du site et une place de l’eau indispensables pour notre environnement : qualité de l’air, rafraîchissement thermique, biodiversité.

Nous affirmons fortement que l’Avenue du Peuple Belge doit être un îlot de fraîcheur et de biodiversité. Remise en eau et végétalisation ne doivent pas être mises dos à dos.

De plus, les deux carrés d’herbes situés entre la place Louise de Bettignies et le tribunal, aujourd’hui vides, devront être également aménagés et paysagés, ce qui n’est pas prévu dans trois des scénarios.

Une mise en valeur du patrimoine architectural très riche de l’Avenue

Le projet final devra être pensé comme un lieu de vie pour tous les métropolitains et mettre en valeur les bâtiments historiques disséminés le long de l’Avenue du Peuple Belge pour les dévoiler aux badauds : l’Usine élévatoire, l’Hospice général (actuel IAE), la Halle aux sucres, le Pont Neuf ainsi que les nombreuses façades conservées.

Ce projet devra inviter les touristes à poursuivre leur chemin le long d’une Avenue où l’on s’arrête bien souvent Place Louise de Bettignies, tant la présence de la voiture et le manque de cheminement n’invitent pas à la flânerie. La remise en eau sera un fil bleu que chacun sera invité à suivre pour découvrir le reste du Vieux-Lille, rallongeant le temps de séjour des touristes, bien souvent de passage. L’eau, revenue au centre de Lille, participera au rayonnement de la ville jusqu’à l’échelle européenne.

Alors que le chantier qui donnera une seconde vie à l’ancienne Usine élévatoire a débuté par un acheteur privé, on peut s’interroger sur le devenir d’un autre bâtiment emblématique de cette Avenue : le tribunal. En effet, la métamorphose de ce boulevard ne serait que plus cohérente si des pistes étaient données sur le futur de ce bâtiment massif que les Lillois devront se réapproprier à l’heure où juges, magistrats et avocats quitteront les lieux pour aménager dans le nouveau tribunal.

Enfin, au delà de ce projet emblématique pour l’avenir de Lille, dont nous verrons pas les bénéfices avant de nombreuses années, nous insistons sur la responsabilité municipale : déroulement d’un chantier de travaux apaisé et respectueux des riverains et commerçants, valorisation des aménagements transitoires : sécurité, propreté, signaléotique adaptée.

Dès 2020, les groupes de travail ayant abouti à l’élaboration du programme Faire Respirer Lille proposaient un secteur apaisé grâce à la présence de l’eau et une piétonnisation de la rue devant le Palais de Justice.

Alors que la Mairie fait de cette consultation un référendum pour ou contre la remise en eau, ne laissons pas passer la chance d’un projet ambitieux, transformant pour la ville et la métropole tout entière. Pour la Mairie un vote pour le scénario 1 ou 2 enterrerait définitivement une remise en eau future.

Le Groupe Faire Respirer Lille, conscient des enjeux environnementaux, économiques et de bien-vivre, soutient le scénario 4. Ce scénario qui prévoit la remise en eau totale de l’Avenue du Peuple Belge saura rappeler l’histoire de L’isle, devenue Lille, qui s’est construite sur l’eau. Cette métamorphose sera profonde et longue. Faire Respirer Lille sera présent à chaque étape de ce projet ambitieux qu’il est nécessaire de réussir collectivement pour l’avenir de notre ville et de nos enfants. Le scénario n°4 ne sera complet que si l’Avenue du Peuple Belge peut être reliée au reste du réseau d’eau, ce qui manque dans la proposition qui ne va pas jusqu’à la confluence avec la Deûle. Nous serons vigilants également au financement du projet retenu : pas de hausse d’impôts pour les Lillois, co-financements européens et nationaux à mobiliser, notamment sur la dépollution des boues du canal.

Le Groupe Faire Respirer Lille appelle tous les Lillois, Lommois et Hellemmois à participer à cette consultation qui dessinera le futur du Vieux-Lille et plus largement de notre région. Certains d’entre vous ne seront pas pleinement satisfaits par un scénario ou l’autre, mais le fait est que nous avons le choix entre 4 scénarios que nous pourrons continuer d’amender et d’enrichir. Nous serons intransigeants quant au futur du projet, de son élaboration, à sa réalisation et son exploitation.

Violette Spillebout et le groupe des élus Faire Respirer Lille

Lire aussi : Voix du Nord du 26/05/2022 Faire respirer Lille vote pour la remise en eau du Peuple-Belge et précise sa pensée

About Webmaster