COMMUNIQUÉSCONTRIBUTIONS

La Cité des Arts et du Design

Communiqué de presse du 19 décembre 2019

Municipales #Lille2020, Violette Spillebout annonce la 3è mesure de son programme :

La Cité des Arts et du Design

Création d’un secteur (autour de l’avenue du Peuple belge) dédié à la culture, basé sur la valorisation de l’offre existante et d’un nouveau lieu : le “Metropolitan Lille Museum” (dans l’actuel Palais de Justice), avec un mix de financement public-privé.

POURQUOI UNE CITÉ DES ARTS ET DU DESIGN ? TROIS OBJECTIFS :

  1. Valoriser la richesse culturelle et patrimoniale de ce secteur de l’avenue du Peuple belge en s’appuyant sur tous les équipements déjà existants, en redonnant une nouvelle vie au Palais de Justice (déménagement programmé pour 2023), et en rendant visibles, en coeur de ville, nos artistes locaux. 
  2. Développer le tourisme de loisirs et d’affaires, donc l’économie et l’emploi et faire rayonner durablement Lille et sa métropole, terre de culture, de design, et du futur
  3. Renforcer l’accès à la culture pour tous, “la fierté d’appartenance” au territoire, et l’éducation de nos enfants à l’histoire de notre territoire et à l’art sous toutes ses formes.

1 – UN LIEU : LE METROPOLITAN LILLE MUSEUM, passerelle entre l’histoire et l’avenir de Lille

Logé dans l’actuel Palais de justice, amené à déménager, un programme privé –  public ambitieux :

  • Un musée de l’histoire et de l’avenir de Lille, véritable “Centre d’accueil pour les visiteurs” (Visitor center), pour se familiariser avec l’histoire, le patrimoine, l’architecture de Lille et de sa métropole, et les projets de transformation et de design urbain du futur, grâce à des expositions permanentes et expositions temporaires, et à des expériences virtuelles innovantes.
  • Un lieu dédié au design, à l’architecture et au paysage, proposant aux acteurs dédiés comme le WAAO (Centre d’architecture et d’urbanisme de Lille) ou l’IAUL (Institut d’aménagement et d’urbanisme de Lille) de programmer des conférences, des expos, des formations, dans l’esprit d’une Maison de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, du design et du cadre de vie.
  • Un lieu de valorisation internationale des artistes locaux avec une salle d’expositions temporaires, et un dispositif d’accueil et d’accompagnement à la création et à la diffusion.
  • Un lieu de travail, avec des salles et studios de répétition et de diffusion pour les élèves du conservatoire, des écoles de musique, de danse, de théâtre, les scolaires, et les associations.

Une partie privée : 

  • Un hôtel sur 9 niveaux
  • Un restaurant en rooftop avec vue sur tout Lille
  • Un espace contemporain modulable dédié aux événements, concerts, clubbing en sous-sol.

⇒ Un modèle économique public-privé, soutenable financièrement pour la ville, avec un exploitant en charge de la gestion de l’équipement culturel (entrées payantes) et la gratuité pour les écoles, les associations et la jeunesse (ex : https://www.culturespaces.com/fr/home)

2 – UN SECTEUR OFFRANT UN VÉRITABLE PARCOURS CULTUREL ET TOURISTIQUE

  • Une promenade piétonne verte et bleue : 
  • Un secteur apaisé grâce à la présence de l’eau, jalonné de petits squares de proximité, de la place Louise de Bettignies jusqu’au Pont Neuf ( les options de la remise en eau du Peuple Belge jusqu’au Pont Neuf ou de remplacement par des miroirs d’eau comme à Bordeaux sont à l’étude ).
  • La rue devant le Palais de justice devient piétonne pour laisser la place aux visiteurs sur un large parvis planté d’arbres de plusieurs essences, avec du mobilier urbain coloré venant éclairer les lieux. 
  • Les galeries d’art regroupées : la ville proposera à celles qui le souhaitent un recentrage géographique, pour viennent renforcer l’offre culturelle du secteur, grâce à un partenariat Ville – Promoteurs – Bailleurs – Agences Immobilières.
  • Des parcours thématiques, originaux et innovants autour de la culture, organisés par l’Office du Tourisme et Hello Lille.
  • La vie nocturne devient plus culturelle, avec le développement des cafés-concerts, des clubs de jazz, des pianos-bars, avec une politique musicale de soutien aux petits établissements dans toute la ville (compte Sacem municipal, participation au GIP Café-Concerts/ fonds d’aide destiné à favoriser l’emploi artistique dans les cafés et restaurants). 

Le projet culturel complet que proposera la candidate sera celui d’une culture durable, responsable, attractive pour tous. Un projet au service des habitants de l’ensemble des quartiers de la ville, et qui donne toute sa place aux acteurs locaux de la culture, avec un mix de financements publics (y compris européens) et privés, tenable financièrement pour les contribuables lillois. 

UN SECTEUR À VALORISER

Pour Violette Spillebout et le collectif qui a travaillé ce projet, “Autour de l’avenue du Peuple belge, nous avons un secteur à haut potentiel culturel et touristique qu’il faut non seulement préserver, mais développer, pour le mettre au service des habitants comme des touristes” pour au moins 3 raisons : 

Une fréquentation certes déjà satisfaisante, mais qui ne demande qu’à progresser !

  • Entre avril et juin  2019, l’Office de tourisme de Lille a recensé 35 % de visiteurs de plus qu’en 2018. 
  • 60 % des visiteurs viennent majoritairement des Hauts-de-France puis de la région parisienne. Pour les 40 % d’étrangers restants, les plus assidus sont ceux qui sont proches géographiquement (Britanniques, Belges, Néerlandais). 
  • Le visiteur reste en moyenne deux jours dans la métropole. 

Ce secteur est déjà riche en équipements culturels qu’il faut rendre plus visibles : 

  • Le Musée de l’Hospice Comtesse, le Conservatoire de Région et son Auditorium, l’église Sainte-Marie-Madeleine, le nouvel institut Pour la Photographie, le Centre d’Art Sacré de la Crypte de la Treille, la Maison Natale de Charles De Gaulle, le Musée des Canonniers… 
  • De nombreuses galeries d’art mais qui sont disséminées et dont la visibilité peut être renforcée 

Une vie nocturne animée et des rues avec restaurants et bars, mais moins de bars musicaux :

  • Un tissu riche de bars et de restaurants, propices au développement de la culture musicale : rue de Gand, rue de la Monnaie, rue Saint-Sébastien…
  • Disparition de nombreux clubs et bars musicaux : récemment ce sont le Caveau de la Treille, le 30 Rue de Paris, la Péniche du Pianiste, Les Folies ou encore le Cactus de Sibérie qui ont disparu. C’est un réel manque pour l’offre touristique de loisirs comme d’affaires, comme pour les habitants, de toutes générations.

“Notre autre grand projet pour FAIRE RESPIRER LILLE, celui de la “Promenade lilloise” (notre mesure n°2, annoncée ce 16 décembre) viendra renforcer cette future Cité des arts et du design”, rappelle Violette Spillebout. Cette promenade piétonne reliant les deux poumons verts de Lille, Saint-Sauveur et la Citadelle, jusqu’au Port de Lille permettra une circulation apaisée et prioritaire pour les piétons, sur une traversée de 5 km à travers Lille, et un secteur piéton élargi englobant la place Louise de Bettignies et une partie de l’Avenue du Peuple Belge. 

Les mesures n°4 et 5 seront annoncées en janvier 2020, sur les quartiers de MOULINS et LILLE-SUD.

La Cité des ARTS et du DESIGN – un projet FAIRE RESPIRER LILLE

Projet de miroir d’eau ou éventuellement de remise en eau du Peuple Belge