PRESSE

La friche Saint-Sauveur, terrain d’enjeux

Poumon vert ou futurs logements, l’ancienne gare est au cœur des programmes des candidats aux municipales.

Pas folle, la guêpe. Connaissant son point faible, l’écologie, Martine Aubry s’emploie depuis un an à reverdir son action. Lille a été ainsi candidate au label européen «capitale verte», sans succès. Mais ces efforts n’effacent pas un dossier symbolique, le
programme de construction de 2 400 logements et d’une piscine sur la friche SNCF de Saint-Sauveur, à côté du centre-ville. Face au bétonnage d’un des derniers grands espaces libres de la ville, qui manque autant de parcs et d’arbres que de logements, la résistance s’est organisée. Associations et collectifs demandent l’abandon du projet et la transformation de Saint-Sauveur en poumon vert.

La maire de Lille avait expliqué que si on voulait vivre au milieu de la nature, il fallait partir à la campagne. Les Verts, qui font partie de la majorité municipale, ont montré leur exaspération sur le dossier. Opportunément, Violette Spillebout, la prétendante LREM aux municipales, a choisi un slogan de circonstance pour sa campagne : «Faire respirer Lille.»

Violette Spillebout le reconnaît, la friche sera l’un des marqueurs de la campagne : «C’est l’illustration d’un problème de méthode, d’une administration municipale qui n’a pas été capable de bouger sur le fond, face au besoin exprimé de nature en ville.» Daubresse renchérit : «Martine Aubry reste sur un point de vue du XXe siècle, avec toujours plus de logements. Je pense qu’elle fait fausse route.»

Libération 12 août 2019

Liberation 12/08/2019

About Webmaster