PRESSE

Municipales à Lille: pourquoi Darmanin a renoncé à imposer sa candidate face à Martine Aubry

LREM a investi Violette Spillebout, ancienne directrice de cabinet de la maire. La bataille s’annonce féroce.

Mercredi soir, La République en marche a dévoilé le nom de 38 candidats supplémentaires pour les municipales de mars 2020, avant de s’accorder une pause dans les investitures jusqu’à la rentrée de septembre.

L’une des 10 villes les plus peuplées de France. Une maire sortante figure de la gauche et candidate probable à un quatrième mandat. Un duel âpre entre une députée et l’ancienne directrice de cabinet de ladite maire pour décrocher l’investiture . Tous les éléments étaient présents pour faire de Lille un point chaud pour le mouvement présidentiel.

L’Opinion 25 juillet 2019

Mercredi soir, La République en marche a tranché avant de partir en vacances. Et Lille s’est embrasé. Ancienne proche de Martine Aubry, Violette Spillebout a remporté la bataille interne. La députée Valérie Petit, son adversaire, a dit réfléchir pour savoir si elle peut, pour des « raisons éthiques », rester à En Marche. Au siège parisien, on s’attend à ce qu’elle quitte le parti, ce qu’elle avait déjà laissé entendre lorsque l’Opinion l’avait rencontrée fin juin.

Violette Spillebout a salué ce qu’elle estime être « une étape indispensable à la construction d’un projet de large rassemblement pour Lille ». Elle pourra compter sur l’appui de plusieurs anciens socialistes, de l’ancien député européen Gilles Pargneaux au Haut-Commissaire à l’économie sociale et solidaire, Christophe Itier.

Valérie Petit affichait, elle, de solides soutiens à droite de la macronie, du président divers droite du département, Jean-René Lecerf, au ministre des Comptes publics et homme fort de la ville voisine de Tourcoing, Gérald Darmanin. Le premier confie son amertume : « Cette décision prouve l’immaturité totale de La République en marche. Il est hors de question que je soutienne de près ou de loin Violette Spillebout. Je préfère encore soutenir Martine Aubry. » Le second a réagi par un tweet de félicitations et de soutien à la désormais candidate LREM. Au siège, on glisse que Gérald Darmanin « a disparu pendant cinq jours avant d’assurer à Valérie Petit que c’était bon pour elle, pour finalement transmettre ses félicitations à Violette Spillebout ».

L’Opinion 25/07/2019

About Webmaster