COMMUNIQUÉS

Stéphane Baly vient de franchir la ligne jaune en annonçant son alliance avec La France Insoumise à Lille.

Communiqué de presse – Violette Spillebout – 26/10/2019

En me présentant aux élections municipales de Lille, je ne joue pas un match. Je propose un nouveau choix progressiste, écologique et pragmatique aux Lilloises et aux Lillois, pour FAIRE RESPIRER LILLE, en respectant et en challengeant les propositions de mes concurrents.

Dans deux récents articles de presse, Challenges le 17 octobre, et AFP/France3 le 23 octobre, Stéphane Baly, tête de liste pour EELV à Lille dans le cadre des élections municipales 2020 agite le landerneau politique avec des déclarations virulentes, qui ont le mérite de montrer le vrai visage de la proposition écologiste Lilloise.

Ces déclarations confirment le sentiment et l’analyse de beaucoup d’observateurs.

EELV considère aujourd’hui LFI comme un “futur partenaire”

En s’arrogeant le monopole de l’écologie, et de la bien-pensance de gauche, Le Parti EELV Lillois vient de franchir la ligne jaune avec son intention de s’allier avec les extrêmes : déni des règles fondamentales de la République, haine comme moteur de leur engagement, bataille permanente contre les entreprises et le développement économique, rejet de l’Europe…voilà ce que risque Lille !

EELV considère aujourd’hui encore, que Martine Aubry est une “future partenaire”. 

Comment accorder du crédit à ce double langage permanent, alternant entre opposition frontale au PS et au Maire sortant et annonce d’alliances avec eux au second tour ? Et que depuis 18 ans, PS et EELV gouvernent main dans la main, et sont comptables du triste bilan économique et écologique de Lille.

Un bilan économique alarmant :

  • Le taux de pauvreté baisse en France de 14,6 à 14%, et stagne à Lille à plus de  25%, soit ¼ de notre population !
  •  A Lille, les impôts augmentent plus vite qu’ailleurs, et la pauvreté ne recule pas.
  • Près de 16 000 ménages attendent un logement social à Lille (soit +28% depuis 2013)
  • En septembre 2018, « L’Express » dévoile le classement des 50 villes les plus attractives de France. Et Lille n’arrive qu’à la 34ème place.

 Un bilan écologique angoissant !

  • Lille c’est 15m² d’espaces verts par hab, Bruxelles est à 59m²/hab et Marseille à 111m²/hab.
  • Lille est la ville la plus polluée de France avec plus de 60 jours de dépassement du pic de pollution par an
  • Lille est 10 points au-dessus des grandes villes françaises pour les déplacements domicile-travail effectués en voiture
  • L’usage du vélo stagne à 2% en métropole Lilloise, les déplacements à pied ont baissé de 2 points entre 2006 et 2016.
  • Les projets d’espaces publics sont totalement bétonnés : Place des Buisses, Rue Pierre Mauroy ou Place Louise de Bettignies et bientôt le projet Lillenium.

L’acrobatie est délicate pour EELV à Lille, qui tente péniblement avant chaque échéance électorale, de se désolidariser de ce bilan alarmant qui remet profondément en cause leurs promesses de réussite et leur engagement de “pureté” écologique.

EELV en est pourtant totalement responsable du Bilan.

Il dispose de toutes les manettes et de tous les budgets relatifs à la transition écologique à Lille, à travers leurs délégations au sein du Conseil Municipal de Lille : le développement durable, l’agenda 21, la nature en ville, les espaces verts, la politique de l’eau, la biodiversité, la restauration scolaire, le vélo, les énergies, le zoo et la ferme, la gestion technique des bâtiments et à l’éclairage public, l’économie sociale et solidaire, le commerce équitable, le patrimoine, le droit des femmes, l’accès aux vacances et aux loisirs pour tous, la santé.

Stéphane Baly et son équipe sont bien mal placés pour donner des leçons d’écologie aux candidats concurrents, et pour s’arroger le monopole des bonnes pratiques écologiques, en pointant tout ce qui leur déplaît dans la politique nationale d’Emmanuel Macron, et en essayant ainsi de rabaisser l’authenticité de mon engagement en faveur de nos responsabilités écologiques actuelles et futures. Il devient donc insupportable aux Lillois d’entendre que seuls les militants de EELV seraient des “purs”, et que tous ceux qui tentent de progresser en matière de pratique écologique ne seraient que des opportunistes voire des imposteurs. 

Stéphane Baly devra pourtant au niveau local  expliquer, ce qu’EELV, au pouvoir depuis 18 ans, promet de mieux et de différent après 2020 avec une alliance de second tour avec le PS et LFI. Voter Baly en 2020, c’est voter Aubry+Mélenchon, c’est voter pour que la même équipe continue de diriger avec les méthodes et les convictions de l’extrême gauche, c’est voter pour que rien ne s’améliore, et pire, pour que Lille s’isole et s’enferme un peu plus, au sein d’une Europe où elle n’a déjà plus beaucoup d’aura.

Au-delà des sujets d’alliance, je veux aussi revenir à l’écologie. 

Aujourd’hui tous les Lillois sont concernés et la plupart des candidats se préoccupent de leur responsabilité pour la transition écologique dans leur ville. C’est une excellente nouvelle !

Les membres de l’équipe Faire Respirer Lille font du vélo, se forment au zéro déchet, diminuent leur consommation énergétique, font de la marche et du sport, éduquent leurs enfants sur les problèmes de notre planète, ils sont des citoyens engagés et convaincus pour l’écologie à Lille.

Je revendique haut et fort mes convictions pour une éducation à l’écologie puissante et positive, qui permette d’embarquer tous les habitants vers la prise de conscience et l’action collective. Cela passe par l’exemplarité et par des actions pragmatiques et incitatives, qui donnent envie à chacun de changer ses habitudes, en valorisant les petit pas vers une nouvelle pratique responsable.

En dépassant les clivages caricaturaux dans lesquels Stéphane Baly souhaite nous enfermer, je pense au contraire que nous avons beaucoup de sujets et d’ambitions communes pour la mobilité, les espaces verts, la biodiversité, la qualité de l’air, la lutte contre le réchauffement climatique, la sobriété énergétique, la démocratie participative, l’alimentation, la santé ou encore l’accès aux droits.

En revanche, nous avons un point majeur et très différenciant dans nos propositions politiques. 

Il s’agit de la politique de sécurité : face à l’évolution de l’insécurité, au développement du trafic de drogue à Lille, à l’augmentation des agressions diverses, envers les femmes notamment, ou homophobes, oui j’assume qu’il faille totalement inverser la tendance et mettre des moyens forts sur la sécurité : doublement des effectifs de police municipale, armement, vidéo protection dans toute la ville, centre de supervision intercommunal, cellules d’action rapide en lien avec la Police Nationale et les services judiciaires, et cellules de médiation et de prévention de proximité en lien avec les acteurs sociaux.

Il est de la responsabilité du Maire d’organiser tous ces acteurs et de les faire travailler ensemble avec efficacité, évaluation, et surtout avec une implication forte et assumée, pour avoir enfin des résultats.

FAIRE RESPIRER LILLE ne veut pas coopérer avec les extrémismes.

Nous ne pouvons cautionner l’action de certains militants écologistes qui veulent intégrer LFI à une majorité municipale. Nous pouvons travailler en bonne intelligence avec la gauche, le centre, et les écologistes audacieux et responsables, avant le premier ou entre les deux tours, mais jamais avec les extrêmes.

About Webmaster