COMMUNIQUÉS

Lettre ouverte – demande de report de la délibération Lille3000

Monsieur Damien Castelain, Président de la MEL

Objet : Lettre ouverte – demande de report de la délibération Lille3000

Monsieur le Président,
Alors que vient de s’ouvrir « Lille, Capitale Mondiale du Design », chacun convient que la politique culturelle est l’un des marqueurs forts du mandat métropolitain actuel, cette politique étant reconnue partout en France et au-delà de nos frontières.
Nous ne pouvons donc qu’être plus que favorables à la poursuite d’une politique culturelle et événementielle associant toutes les communes de notre métropole.

Nous souhaitons même aller plus loin en proposant une décentralisation des grands évènements au profit des quartiers politique de la Ville et des petites communes. Enfin, nous sommes convaincus qu’avec une gestion plus stricte de la production culturelle et une masse salariale mieux encadrée, nous pourrons proposer une programmation encore plus riche sur tout le territoire en permettant à la collectivité de faire de substantielles économies.
Nous sommes donc plus que surpris et perplexes de l’annonce faite de l’examen, lors du prochain conseil communautaire, d’une délibération au profit de l’association Lille3000, engageant très lourdement la collectivité pour les 3 prochaines années et ce, pour un montant de 3 millions d’euros, subvention qui était en 2016 de 2,4 millions d’euros. 
En tant que citoyens Lillois, citoyens de la Métropole Lilloise, et engagés pour Faire Respirer Lille, nous nous permettons de vous alerter sur cette délibération, qui engage 3 millions d’euros de fonds publics à seulement 3 mois des renouvellements municipaux et du renouvellement métropolitain : cet engagement triennal est plus que surprenant dans le cadre du calendrier électoral que nous connaissons et des choix que les nouveaux exécutifs municipaux et donc métropolitains pourraient faire pour notre territoire après Mars 2020.
Aussi, nous vous demandons solennellement, par cette lettre, de reporter le vote de cette délibération de 4 mois, afin de respecter les choix qui pourront être faits par les électeurs. Il semble que les 5 millions d’euros de trésorerie de Lille3000 peuvent tout à fait permettre ce décalage des décisions sans aucune conséquence pour la poursuite des projets en cours.

Nous nous permettons de vous rappeler par ailleurs les conclusions du dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes publié en mars 2018. Ce rapport met en exergue des dysfonctionnements et irrégularités inquiétantes sur le fonctionnement de cette association. Si l’on en résume les observations, les magistrats ont souligné ​le non-respect des règles de gouvernance de l’association telles que fixées dans ses statuts, des prévisions budgétaires annuelles non fiables car finalement non respectées, une importante trésorerie (5,8 millions d’euros fin 2017) placée en valeurs mobilières sans information des administrateurs, ​l’attribution de marchés en dehors de tout respect des règles de la commande publique, un manque de rigueur dans la gestion de la masse salariale, des rémunérations exorbitantes (jusqu’à 4.300 euros bruts mensuels pour… 9 heures de travail hebdomadaire !), le tout avec un impact touristique « limité », et des retombées économiques « difficiles à évaluer » ​en l’absence de définition et de mise en place d’indicateurs fiables, les résultats semblant enfin « plutôt contrastés en termes d’ouverture au plus grand nombre » … 
Il est normal que beaucoup de Lillois, beaucoup d’élus s’inquiètent suite à ce rapport. A Lille au Conseil Municipal en début d’année, 4 groupes politiques s’étaient prononcés pour “changer la gouvernance de Lille 3000 et de reconsidérer la répartition des moyens pour qu’ils profitent davantage à la dynamique culturelle, citoyenne et locale, en renforçant les actions dans les quartiers, mais aussi en adoptant une démarche venant davantage des petites associations de terrain” (EELV), pour “la démission du conseiller artistique, la suspension des subventions tant que lille3000 n’aura pas répondu à toutes les préconisations du rapport, et une étude marketing permettant de mesurer les retombées de l’action depuis 2004” (Un Autre Lille) et pour “établir une règle de limitation et de non-cumul des salaires des dirigeants pour les structures financées par la ville, reverser les trop-perçus de salaires et les 4 M€ de trésorerie excédentaire de Lille3000 à un fonds de soutien pour les associations socio-culturelles lilloises et lancer un audit général des comptes de Lille3000 par un organisme indépendant” (Faire Respirer Lille). 
Nous imaginons bien volontiers que, Président de la MEL, vous aurez la volonté et le souci de ne pas accorder un euro de nouvelle subvention, sans s’être préalablement assuré que les mesures correctives demandées par la CRC aient été préalablement et effectivement mises en œuvre.

Dans ces conditions, nous vous demandons de ne pas vous associer à ce qui s’apparente à un «passage en force» du Maire de Lille sur ce projet qu’elle a construit et dans lequel elle s’est plus que personnellement investie.

Le fâcheux précédent du vote de 2016 nous invite à une très grande circonspection, particulièrement sur le sujet de Lille3000, sujet qui n’a jamais fait consensus, et qui est même considéré comme le plus polémique et le plus discuté depuis plus de 15 ans à chaque vote du Conseil Municipal de Lille comme à ceux de la MEL.

Nous sommes nombreux à penser que le maintien de l’inscription à l’ordre du jour de cette délibération le 13 décembre prochain, 3 mois avant le renouvellement de l’exécutif métropolitain, serait contraire aux principes fondamentaux de notre démocratie locale, et priverait les nouveaux élus de leurs responsabilités pour l’avenir du territoire. 

Rien ne justifie pareille précipitation, sauf à usurper le vote des citoyens, sauf à imaginer faire primer des intérêts très particuliers sur l’intérêt général, ce que nous ne saurions envisager.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons avec la plus grande solennité de ne pas cautionner une telle manœuvre qui n’est rien d’autre qu’un déni de démocratie. Vous remerciant par avance,  Cordialement 

  • Violette Spillebout, Candidate pour Faire Respirer Lille
  • Laurent Pietraszewski, Député du Nord
  • Brigitte Liso, Députée du Nord
  • Frédéric Marchand, Sénateur du Nord
  • Bernard Charles, Conseiller Municipal Faire Respirer Lille
  • Thibault Denis Du Péage, Conseiller Municipal Faire Respirer Lille
  • Gilles Pargneaux, ancien Député Européen
  • Laurent Guyot, Ancien adjoint au Maire
  • Nicolas Lebas, chef de file UDI pour Faire Respirer Lille
  • Vanessa Duhamel, Chef de file MoDem pour Faire Respirer Lille
  • Gery Brasseur, Chef de file Mouvement Radical Social et Libéral