COMMUNIQUÉS

Assemblée Citoyenne Lilloise pour faire de Lille un modèle de démocratie locale ouverte

Communiqué de presse du 6 février 2020

Mesure numéro 8 de #FaireRespirerLille : Assemblée Citoyenne Lilloise

Pour faire de Lille un modèle de démocratie locale ouverte, Violette Spillebout veut une démocratie locale plus transparente et participative que le système en place 

A Lille, les outils de démocratie participative se sont développés ces dernières années et si “la plupart vont dans le bon sens : budget participatif, débats citoyens, ouverture des conseils de quartier, les Lillois(e)s, sur les gros dossiers comme celui des rythmes scolaires, du projet pour Saint-Sauveur ou encore du plan de circulation, ont bien senti que tout se décidait dans un bureau de la mairie, en circuit fermé et avec dogmatisme. Le collectif FAIRE RESPIRER LILLE en est convaincu : “ces méthodes ne pourront évoluer qu’avec un changement de Maire”.

“Nous voulons redonner aux Lillois(e)s confiance en la politique locale, c’est une grande responsabilité. Cela commence par “l’écoute, le respect, la construction en collectif des solutions mais aussi une présence des élus à 50% du temps sur le terrain. Ces principes, c’est avec eux que nous obtiendrons des résultats. Car de bonnes idées, tous nos concurrents peuvent en avoir, le défi, c’est de savoir les mettre en oeuvre : c’est le défi de la méthode”.

Tous les colistiers signeront donc les 10 engagements de la Charte de l’élu(e) FAIRE RESPIRER LILLE : exemplarité, efficacité (“rendre des comptes régulièrement”), esprit d’équipe (y compris à la Métropole Européenne de Lille où 33 élus lillois siégeront ou il faudra “surmonter les clivages et rassembler les communes”), responsabilité (“en faisant de la transition écologique une priorité de leur mandat”), renouvellement : pas plus de trois mandats, et même deux mandats successifs de maire seulement pour violette spillebout pour “permettre l’arrivée de nouveaux talents”. 

Inspirée de pratiques innovantes* qui fonctionnent ailleurs, Violette Spillebout a détaillé toutes ses mesures :

Une démocratie locale ouverte, c’est d’abord une ville transparente : 

  • Un Adjoint à la transparence, à l’éthique et à l’évaluation
  • confier à l’opposition une “mission d’évaluation du bilan annuel social, climatique, économique, de l’éthique et de la transparence”
  • Transparence sur la rémunération des élus, leur présence aux réunions, les subventions octroyées aux associations, les marchés publics, les critères d’attribution des logements sociaux, des places dans les écoles ou en crèche  
  • Développer l’information sur tous les services et aides de la ville,  la rendre accessible à tous, grâce à des outils modernisés (vidéo, digitalisation, site internet rénové). Encourager l’évaluation et le retour d’information en temps réel grâce à des innovations numériques (CivicTech)
  • Partager plus d’informations sur le portail OpenData de la Métropole Européenne de Lille, et organiser des états généraux de l’Opendata 
  • Revoir l’organisation des séances du Conseil municipal : moins long, avec une ordre du jour beaucoup plus lisible, une rediffusion commentée.
  • Mettre en place un suivi des avis rendus par les instances de démocratie participative pour qu’elles se soient vraiment parties prenantes dans les décisions

Une démocratie locale ouverte, c’est aussi et surtout la participation et la collaboration.

Des mesures pour faciliter la collaboration entre la ville et les habitants, les représentants associatifs et syndicaux, les professions libérales, les commerçants, les entreprises et trouver ensembles les meilleures solutions : 

  • Une Assemblée Citoyenne Lilloise indépendante qui pourra porter des sujets à l’ordre du jour du Conseil municipal, débattre en amont des projets, faire des propositions et participer à l’évaluation des actions à travers un bilan annuel partagé. “
L’Assemblée pourrait consister en une évolution importante du conseil communal de concertation (CCC) qui serait ouvert, pour plus de représentativité.” 
  • Trois Forums citoyens par an pour co-construire le plus largement possible les grands projets de la ville, le plan zéro carbone par exemple, ou de nouveaux sujets non prévus au programme.
  • Associer des Lillois(e)s “experts d’usage” à la création et au suivi de chaque projet de la Ville, pour une ville vraiment inclusive.
  • Renforcer l’information des habitants lors des phases de travaux qui impactent la vie quotidienne
  • Doubler le budget participatif pour le porter à 3M€, en l’ouvrant au financement de tous types de projets 

  • Plus d’autonomie budgétaire et décisionnelle pour les Conseils de quartiers, avec un Président de Quartier non élu de la Ville, choisi par les conseillers de quartier sur proposition du Maire. 
Afin d’assurer la coordination des actions du Conseil de quartier avec le Conseil Municipal, Violette Spillebout annonce qu’il y aura un élu référent par quartier.

* Des pratiques innovantes expérimentées par des territoires, de travaux de chercheurs et laboratoires d’innovations démocratiques, du manifeste de Médiacités “pour une démocratie locale réelle” (Violette Spillebout a signé l’appel pour une démocratie locale ouverte lancé par le collectif Démocratie Ouverte et ses partenaires) et des recommandations de Transparency International.

About Webmaster