COMMUNIQUÉS

Déconfinement : les Lillois s’inquiètent du tempo municipal

Communiqué de presse du 29 avril 2020

LA SEULE GRANDE VILLE DE FRANCE QUI REFUSE DE RÉUNIR SON CONSEIL MUNICIPAL AVANT LE DÉCONFINEMENT

Par la voie de ses 5 conseillers municipaux, le collectif FAIRE RESPIRER LILLE a transmis à Martine Aubry de nombreuses propositions pour passer au mieux la période très critique du confinement, et proposé la tenue d’un conseil municipal en visioconférence pour travailler le déconfinement local et le soutien à la reprise. 

Paris le 28 avril, Toulouse le 29, Nantes le 30, Bordeaux le 4 mai, Caen et Compiègne le 7 mai… les villes françaises réunissent toutes leur conseil municipal avant le 11 mai. À Lille, la Maire sortante organise certes quelques groupes de travail thématiques entre élus, mais ne provoque pas de conseil avant le 12 juin

Pour la candidate Violette Spillebout, c’est inacceptable : “La maire est dans le mauvais tempo, la mauvaise méthode. Il faut, comme dans toutes les grandes villes de France, organiser le débat démocratique et les conditions de l’unité, en mettant les scénarios sur la table, réunir toutes les bonnes idées, évaluer en transparence les options, tout faire pour protéger les Lillois. Le conseil municipal est élu pour cela. Ce refus de le réunir marque l’isolement et le manque de travail collectif du Maire de Lille”

Les élus EELV ont également écrit au Maire pour la même demande. Or, en ces temps inédits de crise, un 5e des conseillers suffit à déclencher un conseil : “nous leur avons proposé de formaliser une demande ensemble, sans succès”, regrette V. Spillebout.


SUR LES ÉCOLES, UNE MAIRE QUI “ATTEND”

Pourquoi ne pas avoir déjà consulté les agents municipaux, réuni les syndicats, convoqué un  CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) sur les options possibles, où en sont les commandes de savon, de papier ? Pour Violette Spillebout, la Mairie doit préparer la réouverture progressive des classes au lieu de “communiquer pour dire qu’elle attend d’y voir plus clair, c’est anxiogène pour les Lillois et va à l’encontre de la demande du Premier ministre que chacun s’implique et s’engage”.  L’idée n’est pas de s’improviser expert, la publication du protocole sanitaire est légitimement attendue, mais il faut “évaluer ce qu’il est possible de faire, en transparence : nous demandons un plan de remise en route pour chaque école associant les personnels et le conseil d’école et un grand plan d’hygiène scolaire expliqué aux parents lillois, qui ont beaucoup de questions. Rappelons que des enfants décrochent, que des familles souffrent, la reprise, même partielle, de l’école primaire, c’est agir contre la fracture sociale qui se creuse.”

SUR LA CIRCULATION DANS LES RUES DE LILLE APRÈS LE 11 MAI : AGIR SANS DÉLAI

Pour respecter la distanciation sociale et protéger les familles lilloises, alors que toutes les villes en Europe réagissent, la candidate regrette que les décisions traînent : piétonnisation du centre-ville et du Vieux-Lille, artères de quartier commerçantes, boulevards-ceinture de Lille, abords des écoles. La candidate met également sur la table un grand plan vélo avec traçage de voies vélo en urgence (sans travaux massifs), réouverture des commerces et réparateurs de vélos avant même le 11 mai (une demande que le maire peut faire au Préfet, comme à Paris), un bon de révision gratuit et l’activation dès cet été du programme “tous cyclistes” pour les enfants (l’un des points de son programme).


“IL FAUT PROTÉGER NOS COMMERCES ET NOS ARTISANS LILLOIS”

Beaucoup de petits commerçants et artisans ne sont pas éligibles aux aides de l’État (PGE, Chômage partiel, etc.). Les six mois à venir vont voir près de 30% des boutiques mettre la clef sous la porte. La candidate propose que la Mairie, en partenariat avec les acteurs économiques institutionnels et entreprises de la MEL, créé dès maintenant un fonds de sauvetage municipal avec des aides directes (et pas des prêts à rembourser) jusqu’à 2000 € et mobilise dès maintenant les compétences de la French Tech à Lille pour aider les commerces à généraliser les livraisons et à se former aux outils numériques. 

Pour Violette Spillebout “c’est d’abord pour PROTÉGER les Lillois que le Maire et les élus sont attendus, il va falloir du bon sens, et être au rendez-vous des “basiques”, citant notamment la propreté en ville (“c’est le moment d’accélérer sur les fontaines et les w.c. en ville, en nombre insuffisant”), les loisirs de proximité (“rénover les tables de ping-pong dans les quartiers, les panneaux de baskets”). “Il faudra aussi être très ambitieux cet été sur le soutien scolaire”. En bref, gérer le quotidien tout en préparant l’avenir, mobiliser toutes les énergies positives de la ville, et être attentif aux plus fragiles.

Les conseillers municipaux FAIRE RESPIRER LILLE ont prévu d’adresser l’ensemble des propositions pour une gestion efficace et solidaire de la reprise progressive au maire, cette semaine (actions de santé – avec un focus sur la lutte contre les addictions, et sur la vaccination qui prend du retard – et de solidarité, mesures complémentaires de sauvetage des commerces et des associations, financements, label “Made in Lille”, etc.). Les sujets sont très nombreux, à la hauteur du défi collectif. 

About Webmaster